A+ | A- | Home Page | Sitemap--> | Other Languages | Search:

Tsiigehtchic

Parmi les collectivités de la région de Beaufort-Delta, Tsiigehtchic est celle qui est située le plus au sud. Dans cette collectivité de 177 personnes où il fait bon vivre, au confluent de la rivière Arctic Red et du fleuve Mackenzie, vous aurez tôt fait de revenir à l’essentiel. Des chemins de terre quadrillent la collectivité, où se trouvent essentiellement des maisons et des bâtiments communautaires. Au magasin général, on vend des aliments, des marchandises diverses et de l’essence. Ce commerce abrite aussi une section bureau de poste, une cabine téléphonique et même une chambre à louer. L’été, les voyageurs sont autorisés à planter leur tente ou à garer leur véhicule sur la plage en bordure de la rivière. Si dormir à la dure n’est pas pour vous, vous pouvez passer la nuit au café-couette de l’endroit et aller casser la croûte au Dinah’s Diner.

Avant de vous rendre à Tsiigehtchic, vous devez savoir qu’il s’agit d’un village « sans alcool » : la vente, la possession et la consommation d’alcool y sont strictement interdites. L’objectif de cette mesure est d’aider les résidents à avoir un mode de vie plus sain et plus sûr.

Il y a près de 80 ans, une église catholique romaine a été érigée par des missionnaires sur une colline offrant une vue imprenable sur la rivière. Attenant à ce lieu de culte se trouve un beau cimetière, qui n’est plus utilisé en raison de l’érosion attribuable à la fonte du pergélisol. L’église et son cimetière demeurent un point d’intérêt intemporel dans la collectivité.

La population de Tsiigehtchic s’y connaît en matière de chasse, de trappage et de pêche. La faune visée par ces activités traditionnelles comprend l’orignal, le caribou, le canard, le castor et le poisson. La collectivité, qui était à l’origine un camp de pêche fréquenté en été, est bien connue pour sa production de poisson séché, surtout du corégone du fleuve Mackenzie. Les femmes, de leur côté, ont un talent pour les arts et l’artisanat : elles confectionnent des vêtements traditionnels pour leur famille ou pour la vente.

Le village est desservi par un service postal complet; Internet et la télévision par satellite sont également disponibles. En revanche, la téléphonie cellulaire n’y est pas disponible. Bien entendu, vous pourrez utiliser un téléphone conventionnel (ligne terrestre). La collectivité n’est pas desservie par un aéroport. En hiver, les habitants empruntent la route de glace et en été, ils peuvent compter sur un service de traversier. Il faut savoir que ce moyen de transport peut parfois être perturbé en raison de la débâcle (au printemps) ou de la prise des glaces (à l’automne). En cas d’urgence, les gens peuvent être transportés à Inuvik au moyen d’une unité médicale aérienne.

Pendant vos périodes de loisirs, vous souhaiterez sûrement vous divertir. Il est bon de savoir qu’on y organise diverses célébrations et activités communautaires. La Journée nationale des Autochtones y est célébrée le 21 juin de chaque année. Au programme : festin communautaire, foire d’artisanat et d’objets d’art, danse au tambour, chants gutturaux et jeux autochtones traditionnels. À la mi-août se tiennent les Journées du canot – quatre jours de descente en canot sur la rivière Arctic Red, jusqu’à sa confluence avec le fleuve Mackenzie. Par ailleurs, le conseil scolaire de division de Beaufort-Delta tient chaque année un festival sportif qui rassemble des élèves de tout âge des collectivités de Fort McPherson, de Tsiigehtchic, d'Ulukhaktok, de Sachs Harbour et de Paulatuk. La participation à ce festival est une récompense pour les élèves qui se sont engagés à fréquenter assidûment l’école et à persévérer dans leurs études.

Le sol de la petite localité de Tsiigehtchic a un passé fascinant. En 2007, Shane Van Loon, qui habite l’endroit, a découvert des restes d’un animal qui tombaient graduellement d’une falaise près de la rivière Arctic Red. Il s’agissait des restes d’un bison des steppes – une espèce qui s’est éteinte vers la fin de l’âge glaciaire, il y a de cela environ 10 000 ans. Grâce au pergélisol et au fait que le lieu est resté intact si longtemps, les restes du bison étaient bien préservés. Ce fut là l’une des découvertes les plus intéressantes à avoir été faites aux TNO!

Certes, le village est petit, mais vous apprécierez la pureté de l’eau et des terres environnantes, qui semblent intactes et éternelles. L’été, promenez-vous gaiement dans les champs d’herbe haute et d’épilobes à feuille étroite. En hiver, admirez la métamorphose du paysage en un désert de neige et voyez le ciel s’illuminer d’aurores boréales.